Chaleur

Ce poème est illustré par  un tableau de  :

Dieda
www.dieda.over-blog.com

Une immense chaleur amollit mon cerveau !
Il va pourtant falloir que je trouve des mots
Pour décrire aujourd’hui ce que nous éprouvons !
Nous sommes hébétés et nous nous liquéfions

Dès que nous ébauchons un geste trop brutal.
La porte ouverte cède à un monde infernal,
Comme si brusquement une force impalpable,
Une énorme bouffée ardente et implacable

Se ruait au salon, prête à nous étouffer.
Nous connaissons le truc et tout est bien fermé :
Les volets sont tirés, on vit dans la pénombre
Et si l’on va dehors, on reste bien à l’ombre.

Jusqu’à trente degrés, ça va, c’est supportable !
Ici dans le Midi il est inéluctable
Que nous ayons très chaud au coeur du grand été ;
Mais aujourd’hui, vraiment, le trop est dépassé !

Ne remuons donc plus et mangeons une glace ;
Puis prenons une douche en attendant que passe
Cette soudaine et folle embardée du soleil.
Tiens ! Sais-tu que ton nez a viré au vermeil ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.