C’était un jour d’été

C’était un jour d’été, au début de juillet
Quand le ciel grille tout. Quand la plage est brûlante,
Quand le soleil est fou, quand personne ne tente
D’y aller à midi. Sauf Jean qui s’est noyé.

Insouciant casse-cou, il s’était étendu
Là où la mer saphir vient câliner le sable,
Son doux effleurement balancé et aimable
Rafraîchissant son corps beaucoup trop détendu

Sous les rayons fatals tels un tir destructif ;
Inconscient du danger, de l’attaque insidieuse
Du soleil forcené, de la mer doucereuse,
L’un à l’autre mêlés pour être plus actifs.

Quand il a eu trop chaud, le garçon s’est jeté
En hurlant de bonheur dans les vagues si fraîches.
Ne se rendant pas compte, insensé, que les flèches
Du soleil meurtrier l’avaient fragilisé.

C’était un trop grand choc, il n’a pas résisté ;
La mer l’a enlacé, diabolique drôlesse,
Et offrant à la Mort sa vie et sa jeunesse,
Elle a foudroyé Jean ; son cœur a éclaté.

Et pourtant il aimait ardemment le soleil
Et la mer séductrice. Un trop plein d’insouciance
Due à ses dix-huit ans ? Sa joyeuse imprudence
A livré le garçon à son dernier sommeil.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion, Les gens, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.