Certains matins d’été…

Amédée Baudit

Poème illustré par un tableau de :

Amédée Baudit
(1825-1890)

Certains matins d’été, il fait déjà si chaud
Que l’horizon tremblote et que l’air sur la Crau
Frissonne de chaleur au tempo des mirages.
Existe-t-il encor ce qu’on nomme un nuage

Sur des terres d’ailleurs ? Phénomène oublié :
Nous n’en avons pas vu depuis deux mois entiers
Et rien ne vient troubler l’immuable lumière,
Sauf parfois un oiseau qui zèbre le ciel clair.

Mieux vaut se lever tôt : c’est encor respirable,
Surtout quand un vent bleu dévale des Alpilles ;
Quand la plaine à leurs pieds a des reflets jonquille
Sous le soleil levant dont les crocs redoutables

Ne broient pas trop encor ses cibles préférées.
Oublié par la nuit, un zeste de fraîcheur
Subsiste même au coeur de vigoureuses fleurs
Qu’ont encor épargnées la furie de l’été.

Mais elles ne vont pas résister bien longtemps.
La chaleur va jaillir, et de grands aspersoirs
S’en vont expectorer du matin jusqu’au soir
Sur les champs asséchés un crachin toussotant.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire