Archives de catégorie : Marseille

Métamorphose

Poème illustré par un tableau de :
Jacques Peyrelevade

Marseille frissonnant sous une pluie glacée
S’est recroquevillé, grelottant tant et plus.
Mais l’on en est content car il n’y a pas plu
Depuis quelque trois mois ! Les rues sont vernissées,

Comme cirées par l’eau. Cependant, s’il fait froid,
L’on se dit que la pluie est une bonne chose,
Et l’on est fort nombreux à défendre sa cause,
Même si  le soleil à Marseille est un roi !

Comment imaginer pourtant ce qui s’y passe ?
De cette énorme pluie, certains avaient pensé
Qu’elle pourrait fort bien se métamorphoser,
Bien qu’on soit au printemps, en averse de glace !

Or, ils se sont trompés, car – oui ! c’est de la neige
Qui tombe à gros flocons sur Marseille effaré !
La neige ? Au mois de mai ? Incroyable ! Il paraît
Qu’on n’a jamais vu ça… Pourtant elle s’agrège

Dans les rues, sur les quais et le toit des maisons :
Marseille est devenu une station alpestre !
Etre un jour envahi par des extraterrestres
Semblerait tout autant dénué de raison !

Mais tout est si joli ! La couette immaculée
A tout emmitouflé d’un manteau duveteux.
Les pointus* recouverts d’un édredon laiteux
Dodelinent tout doux sur l’eau coagulée.

Et comme il reste en nous un coeur de vieil enfant,
Nous sommes tout heureux d’applaudir ce miracle,
Tout prêts, dans notre émoi, à porter au pinacle
Ce prodige inouï, rarissime et… bluffant !

*Barques de pêche marseillaises

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Marseille, Méditerranée, Printemps | Laisser un commentaire

L’angoissée

Poème illustré par un tableau de :

Gustave Caillebotte
(1848-1894)

Elle est à sa fenêtre, anxieuse, et elle attend
Qu’il rentre à la maison. Une terrible angoisse
Commence à la hanter. Depuis combien de temps,
La ronge ce souci ? Elle a peur qu’il ne croisse

Tant qu’ils vivront ici, dans cet appartement…
Et pourtant quelle joie quand un  beau jour Marseille
A ouvert grands ses bras à la jeune maman
Echouée dans la ville étalée au soleil…

Et puis son vieux mari, fatigué, se lassant
De devoir supporter un travail difficile,
Est retourné au bled un soir en la laissant
S’occuper des enfants parfois si difficiles !

On n’est pas mal ici. Au loin, l’on voit la mer.
Beaucoup voudraient avoir une aussi jolie vue !
Mais ces soucis rampants rendent son cœur amer.
Où est donc la vie douce et tranquille prévue

Avant de traverser ? Son fils qui a vingt ans
Déraille depuis peu. Minée par l’inquiétude,
Elle voit qu’il se perd, l’idiot, en fréquentant
Une bande de fous qui siègent d’habitude

Au pied de leur immeuble. Là, elle a vraiment peur,
Il devrait être là, elle se sent malade,
Sa tête est envahie par d’étranges vapeurs…
Il va lui raconter tout un tas de salades,

Mais elle n’en peut plus de faire la leçon.
« On vient de retrouver deux corps dans la garrigue »,
Dit-on à la radio. Pas lui, pas son garçon…
Son cœur tout affolé bat aussitôt la gigue.

Oh non, non, par pitié ! Car c’est ce qu’elle craint :
Qu’il aille un peu trop loin et se fasse descendre
Par l’un ou l’autre camp, parce qu’il a enfreint
Leurs terrifiantes lois. N’en pouvant plus d’attendre,

Elle va malgré tout préparer le dîner
Quand elle entend soudain une clé dans la porte.
« Salut, M’man ! M’en veux pas, mais j’étais au ciné. »
Elle voudrait parfois que le diable l’emporte…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Marseille, Méditerranée, Questions ? | 2 commentaires

Les filles de Marseille

A Marseille, au printemps, les filles sont jolies,
Qui vont le nez en l’air et tout en balançant
Leur ravissant derrière. Un soleil caressant
Profite tant et plus d’une heureuse embellie

Pour cuivrer leur teint mat de femmes du Midi
Et leur donner l’aplomb de qui se sent très belle.
Au printemps, elles vont, marchant en ribambelles
Dans les rues de la ville où le temps reverdit

Les murets tristounets et le dessous des pierres,
En en faisant jaillir les minuscules brins
D’une herbe fruste et drue, comme faite d’airain.
A Marseille, au printemps, l’incroyable lumière

Régénère la vie des plantes, des Humains ;
Et les filles qui vont en ondulant des hanches,
Parées pour le soleil comme pour un dimanche,
Ne veulent point savoir ce que sera demain.

Elle marchent, c’est tout ! Elles se sentent belles
Sous les rais d’un soleil enfin réanimé.
Avec souvent l’aplomb de qui se sait aimé,
Elles vont à grands pas ; leur petit air rebelle

Désempare pas mal les cacous désoeuvrés
Qui, le corps chaviré, les sifflent au passage…
Mais sans s’aventurer : ils sont devenus sages !
Ne point importuner, oh non ! juste admirer…

A Marseille, au printemps, elles vont triomphantes,
Connaissant leur pouvoir, sûres de leur beauté ;
Et ne supportant plus la moindre privauté,
Elles sont libérées, plus hardies, moins méfiantes

Envers ces malotrus qui, bouffis de désir,
Crachent leur frustration sous de gros mots obscènes.
Mais les filles qui rient n’éprouvent plus de gêne
Face à ces malappris, vaincus sans coup férir…

Elles vont par les rues, elles vont par la plage
Où le soleil ravi caresse doucement
De ses rayons ambrés leur corps encor tout blanc ;
S’en étant, sans scrupule, accordé l’apanage !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Amours, La Provence au coeur, Les gens, Marseille, Printemps | Laisser un commentaire

Echouage

La Méditerranée, bleue jusqu’à l’infini,
Se love sur la côte en caressant le sable ;
Elle murmure et chuinte, apaisée, si aimable
Avec son clapotis. Pas un seul autre bruit

Qui s’en vienne troubler la plage du Prophète
Et les quais désertés ! La grand’ville qui dort
Est lovée comme un chat dans la poussière d’or
Du chaud soleil levant, préparée pour la fête

D’un long jour de juillet au grand ciel indigo
Epuré par la brise. Et sous la voûte immense,
C’est un lent va-et-vient de l’eau rythmée qui danse,
Avançant, reculant comme pour un tango.

Il y a des baigneurs étendus sur le sable,
Quelques lève-très tôt qui désirent la paix,
Insouciants du soleil qui déjà se repaît
De leur peau blanche et nue, pour lui si délectable.

Tout est calme et serein… jusqu’à ce qu’une boule
Apparaisse au lointain, dansant au fil de l’eau.
Une épave ? Un paquet ? Un étrange ballot
Posé sur une vague en berceau qui chamboule

Cette chose incroyable ! On dirait une tête,
Grosse comme deux poings, attachée à un corps
Semblable à un pantin. Est-ce un enfant qui dort ?
Les gens se sont levés. Et toute vie s’arrête

En ce jour si douillet quand ils voient à leurs pieds
Un bébé tout chétif que la mer triomphante
A posé sur la plage heureuse et insouciante.
Alors prenant contre elle le tout petit noyé

Venu de l’horizon où son bateau coulé
S’enfonce peu à peu sous les vastes eaux claires,
Une femme rugit sa peine et sa colère.
Les autres restent cois, le cœur coagulé…

Mais la mer continue son ballet incessant.
Le soleil s’est levé. Un peu plus loin Marseille
Ignorant le malheur tout doucement s’éveille.
Malheur, pour les cœurs secs, de plus en plus lassant…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Contes, Le début de l'été, Le soleil-lion, Marseille, Méditerranée, Questions ? | Laisser un commentaire

Emporte-moi, le Vent

Poème illustré par un tableau de :
Ivan Aïvazovski
(1817-1900)

Emporte-moi, le Vent, au delà de la ville,
Au fin fond du ciel bleu où volent les gabians
Se ruant vers les flots agités, criaillant
Tout comme le feraient de simples volatiles.

Emporte-moi, le Vent, au delà de Marseille,
Au-dessus de la mer avec les grands oiseaux
Discordants et rieurs qui plongent vers les flots
Tout tachetés d’or roux que l’été ensoleille.

Emporte-moi, le Vent, au delà de la côte,
Au delà de la France, au delà du Midi
Pour me dépayser. L’habitude affadit
Même les paradis, et donne la bougeotte

A quelques farfelus, bien qu’ils soient en Provence.
Emporte-moi, le Vent, peut-être vers l’Enfer,
Là où des rêves fous pourraient bien m’être offerts
Sans sitôt susciter malaise et méfiance.

Emporte-moi, le Vent, vers d’incroyables terres
Où les mois de l’été ne sont point trop brûlants,
Sans soif ni sécheresse. Où le temps se fait lent
Pour mieux sauvegarder certains jours salutaires

A la sérénité de mon âme, et transporte
Mon vieux corps ralenti par tant de temps passé,
Un temps qui m’affaiblit. Peut-être outrepassé ?
Emmène-moi, le Vent, au-delà de la Porte…

Ou la seconde version :

Garde-moi bien, le Vent, éloigné de la Porte…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion, Marseille, Méditerranée, Zooland | Laisser un commentaire

Le soleil-lumignon

L’aube blanche a posé sur l’horizon éteint
La chétive lueur d’une lampe indécise
Et des ombres floutées peu à peu se précisent
Sur le ciel délavé couleur de vieil étain ;

Car le soleil levant est vraiment très très pâle ;
L’automne nostalgique anémie ses rayons
D’étoile amenuisée, de soleil-lumignon
Au tonus affaibli, et sa lumière opale

Luit misérablement dans le ciel défraîchi.
Un pauvre vieux soleil tout en déliquescence.
Où sont donc sa vigueur et sa toute-puissance ?
Ouaté par le brouillard, son disque réfléchi

Par la mer engourdie est semblable à la lune :
Une boule laiteuse, un gros cercle un peu gris
A la lumière molle ; un astre rabougri
Voilé par les vapeurs d’une brume importune.

Son image est bercée lentement par la mer
Ondulant en longs flots réguliers et tranquilles.
Marseille se ranime en douceur, et la ville
Sous son soleil pâlot a un réveil amer…

On n’a pas l’habitude et l’aurore est bien terne !
Où est donc la lumière aimée des Marseillais ?
Un vent venu d’ailleurs, nébuleux et mouillé,
Affaiblit le soleil en le mettant en berne…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Automne, Marseille, Méditerranée | Laisser un commentaire

Le printemps en mer

Le mistral aujourd’hui a-t-il perdu son souffle ?
Il n’est plus qu’un zéphir sur les flots dodinant
Sous l’azur bleu cobalt. Mais là-bas le Ponant
Est encor un peu gris sous le ciel que boursouflent

Des nuages légers tout comme des ombrelles.
La Méditerranée froufroute doucement
Jusqu’à l’horizon bleu qui ondoie lentement,
Aussi calme qu’un lac aspergé par la grêle

Des rayons printaniers qui pleuvent sur ses vagues.
A l’Est, Marseille est roux et toujours endormi
Comme un gros animal qu’on a enfin soumis,
Bien qu’encor agité de rêves qui divaguent.

Au large du Frioul ont jailli des courbettes
Toutes synchronisées : les ricochets mouillés
D’un groupe de dauphins. Sont-ils émoustillés
Par l’appel du printemps comme les autres bêtes 

Ou vraiment étrangers aux phases saisonnières ?
Sous leurs corps fuselés, l’eau est violet foncé.
Ils stridulent encor, avant de s’enfoncer
Dans l’abîme béant où même la lumière

Ne peut plus pénétrer. Là-haut, à la surface,
La mer chauffe ses flots à grands coups de soleil.
Un tout jeune gabian péniblement s’essaye
A monter vers l’azur, exempt de cette grâce

Inhérente aux oiseaux et à ses congénères.
Tirant vers les nuées ses ailes de velours,
Volant toujours plus haut, il est désormais lourd
D’un défi insensé : atteindre la lumière 

Du soleil qui renaît pour la saison nouvelle
Et gicle du ciel pur en millions d’étincelles.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans Marseille, Méditerranée, Printemps, Zooland | Laisser un commentaire