Archives de catégorie : Amours

Un coup de vent d’automne…

Un coup de vent d’automne a emporté son cœur
Au-delà de la mer, au-delà de Marseille.
Coup de tabac dément, bourrasque sans pareille
Venue d’on ne sait où pour répandre la peur !

Il l’avait rencontrée depuis trois jours à peine
Quand ce mistral cinglé a soudain déboulé.
Elle s’est affolée : il fallait s’en aller
Pour fuir cette région à la louche dégaine,

Où le vent tempêtait tout comme un ouragan.
Elle y était venue en pleine confiance,
Avec des rêves fous de soleil en Provence ;
Et sans ce coup de vent vraiment extravagant,

Elle y serait restée, déjà presque amoureuse.
Marseille lui plaisait, et le jeune homme aussi.
Sans ce foutu mistral, il aurait réussi
A garder près de lui la jolie visiteuse !

Mais elle est repartie, emportée par le vent.
Il est resté tout seul, et le spleen de septembre
Rend encor bien plus dur le vide de sa chambre.
Depuis ce coup de chien, plus rien n’est comme avant…

Publié dans Amours, Automne, Contes, Les gens, Marseille | 2 commentaires

La lampe

maisonnette

Il y a une lampe allumée constamment
Près de la cheminée. Minuscule lumière
Brûlant même la nuit. Un rien, une misère
Qui néanmoins éclaire en brillant doucement

Le bureau où pourtant ne se tient plus personne.
Elise n’éteint plus, même si cela nuit
A l’avenir des gens. C’est du moins ce qu’on dit,
Tout au moins les Humains cultivés qui raisonnent

En pensant au niveau de l’environnement !
Elise est loin de ça ! Il faut que la veilleuse
Soit sans cesse visible, éternelle éclaireuse
Pour celui qui partit il y a si longtemps.

Elle n’est dans la nuit qu’une piètre étincelle,
Mais on la voit de loin, du moins elle le croit…
Et même de la mer ! Quand il s’en reviendra,
Ce reflet au lointain sera le sceau de celle

Qui l’attend patiemment depuis… oh, tant de temps
Qu’elle ne compte plus ! N’est vraiment importante
Que la douce lueur émise par l’amante
A tout jamais fidèle ! Elise qui l’attend…

Publié dans A la maison, Amours | Laisser un commentaire

L’été des vieux amants

couple-chemins

Quand l’été fanera, ils partiront ensemble
Vers ce pays d’Ailleurs où l’on ne connaît pas
De temps calamiteux, si ce n’est quelquefois
Une ondée bienvenue, une pluie fraîche où tremble

L’ombre d’un grand soleil déclinant peu à peu.
Ils cueilleront des fruits et des fleurs, par brassées,
Et leur parfum sourdra de leurs mains embrassées
Jointes sur des bouquets émaillés de lys bleus.

Quand l’été reviendra ? Mais ils y sont déjà,
Dans ce pays d’ici où les fontaines chantent
La saison bienvenue et chaude dont s’enchantent
Leurs corps souvent frileux et courbés sous le poids

De nombreuses années, de multiples saisons.
Jouissant pleinement de la chaleur ambiante
Qui bien souvent paraît aux autres trop prégnante,
Ils en tirent profit contre toute raison :

Ils ont souvent si froid ! Ils aiment le soleil,
Son feu si éloigné de tout ce qui est mièvre,
Suggérant une vie brûlée d’ultimes fièvres,
Pas encor résignés à l’éternel sommeil !

Publié dans Amours, Chez nous, Le début de l'été, Le soleil-lion, Les gens | Laisser un commentaire

Réconciliation

tempete

La Méditerranée a la couleur de l’ambre ;
Elle effleure en douceur la plage délaissée
Depuis presque deux mois. Ses eaux se sont lassées
De ruer sans arrêt depuis la fin novembre

Et d’être malmenées par le vent rugissant.
Mais elle s’est calmée, quiète, tranquillisée,
Ballant tout doucement, enfin presque apaisée
Après tous ces assauts têtus et harassants.

La Méditerranée qui tangue dodeline ;
Ses vagues pacifiées semblent même danser
En abordant la côte, hier encor agressée.
Le vent est maintenant une brise câline

Qui n’a plus rien à voir avec ce qu’il était.
La mer range ses flots en longs plis parallèles,
Le mistral les défait d’un malicieux coup d’aile :
Collègues à nouveau , presque comme en été.

Palpitant de concert et valsant, ils tournoient ;
La Méditerranée et le vent emmêlés
Clapotent de concert sous le ciel aigrelet ;
L’horizon devient rose et le soleil s’y noie…

Publié dans Amours, Hiver, Méditerranée | Laisser un commentaire

Solstice

clair_lune

Bien mornes ces soirées où le soleil flemmard
Va se coucher trop tôt. Ces nuits interminables
Emmitouflées de froid ! Où l’on se sent minable,
Où les rêves se muent en tristes cauchemars.

Bien trop long cet hiver, ces petits jours si courts
Dont quelqu’un semble avoir tamisé la lumière,
Où l’ombre peut régner une journée entière.
Ce temps enchifrené va-t-il durer toujours ?

Ces jours gris sont pesants… Mais moi ne t’ai-je pas
Pour me faire oublier cette étrange froidure
Qu’ici nous ressentons tout comme une imposture ?
Tant pis pour ce sol dur qui glisse sous nos pas,

Pour le soleil éteint, pour la longueur des nuits !
Le jardin est pouilleux, toutes ses fleurs sont mortes,
Dépecées par le vent : que le Diable l’emporte…
Mais tes bras sont bien chauds, et quand je m’y blottis

J’amnistie le mistral et ses longs crocs aigus.
L’entends-tu qui s’affaire à ébranler la porte ?
Mais il peut s’acharner… Après tout, peu m’importe
Qu’il pousse en s’énervant de longs cris suraigus.

L’essentiel pour nous deux, c’est d’être bien lovés
Dans les bras l’un de l’autre ; d’oublier la tristesse
De ce monde tout gris qui nous mine et nous stresse.
Le vent devenu fou pourrait bien soulever

La maison dans les airs que nous n’en saurions rien
Quand nous sommes ainsi enlacés l’un à l’autre.
Car c’est si bon, l’amour  ! Bienheureux qui s’y vautre
Avec délectation. Nous y sommes si bien…

Publié dans A la maison, Amours, Hiver | Laisser un commentaire

Les deux vieux

daniel-sannier-cabanon-en-provence1

Poème illustré par :

Daniel Sannier
http://www.danielsannier.com/

Il était une fois, planté dans la garrigue,
Un mas tout de guingois sous les assauts du vent.
Un vieux mas si chenu, là depuis si longtemps,
Que ses murs, tels des gens courbés par la fatigue,

S’étaient pas mal voûtés, semblant pleurer misère.
Y vivaient deux bons vieux, deux bonnes vieilles gens
Qui semblaient oubliés par la fuite du Temps
Et qui devaient tous deux être au moins centenaires.

Deux vieux aussi ténus qu’une fine dentelle,
Usés par les années, petits êtres menus
Qui ne pesaient plus rien et qu’on ne voyait plus…
Etaient-ils détenteurs d’une vie immortelle ?

Tout le monde y croyait. Mais un beau jour d’automne,
Le vent passant par là les vit dans le jardin,
Frêles et délicats! Comme il était taquin,
Il les fit s’envoler d’une aile polissonne

Pour leur fair(e) faire un tour au-dessus de la Terre !
Mais tout à l’opposé de ce qu’il aurait cru,
Ils en furent ravis, et ne voulurent plus
S’en retourner chez eux. Au fond fort débonnaire,

Le vent les porta donc au Royaume céleste.
Le vieux mas resta seul. Peu à peu le maquis
Envahit plus encor ses vieux murs décatis ;
Et longtemps à Alleins l’on se conta la geste

Des deux vieux arrachés à leur vie amoindrie.
Le vieux mas disparut sous la végétation
Jusqu’à ce que se pose une étrange question :
Pourquoi la lande ici était-elle fleurie ?

Publié dans Amours, Chez nous, Contes, La Provence au coeur, Les gens | Laisser un commentaire

De lui à elle

ciel-orageux

Il aime modeler son corps entre ses mains
Et sculpter sous ses doigts ses formes généreuses ;
Sentir s’épanouir la plénitude heureuse
De son désir ardent! Et jusqu’au lendemain

Se lover tout contre elle ; hérisser de caresses
Et de baisers fiévreux la douceur de sa peau ;
Ne pouvoir résister à ses brûlants appeaux
Et transmettre à son corps son trop plein de tendresse.

Il aime son ivresse, il aime son ardeur.
Chaleur contre chaleur de leurs peaux si sensibles
Quand elles sont unies ! Joie irrépréhensible
Qui le fait haleter en lui vrillant le cœur…

Il aime sa passion, il aime qu’elle l’aime
En se laissant aller à tous ces gestes fous
Que suscite l’amour. Puis ces instants si doux
Où, revenant à eux et de nouveau eux-mêmes,

Il se retrouvent seuls, corps tout enchevêtrés.
Il aime infiniment ces moments de tendresse
Où, passion oubliée, étreintes et caresses
Ne sont plus qu’harmonie, tout désir apaisé.

Publié dans Amours, Les gens | Laisser un commentaire

Chant d’amour

couple-chemins

Mon ami , cher amour, oh ! ma tendre aventure
Advenue par hasard quand je n’attendais rien,
Que serais-je sans toi ? Sans le fervent soutien
De ta main me guidant vers d’autres conjonctures
Qu’une vie où stagnait un bien fade destin ?
Mon Hasard, mon ami, oh ! mon ultime chance,
Qui as fait rejaillir la dernière espérance
D’un Futur ranimé, tu t’en vins un matin
Où le ciel était triste et l’aube bien trop grise.
Tu as illuminé tel un rai de soleil
Ces heures qui passaient et ces jours tout pareils
A des plaines frôlées par une morne brise.
En homme impétueux, tu as su réveiller
Le long cours envasé d’un fleuve trop tranquille
Allant beaucoup trop droit au cœur de la grand’ville.
Une vie silencieuse ayant tout oublié…

Tu fus comme un grand vent, un porteur de tempêtes
Ravivant en tornade impatience et passion,
Tendresse exacerbée fourmillant d’émotions
Et d’un tourneboulis qui me vrille la tête.

Mon frère, mon ami, tu es le seul amant
Qui aies jamais marqué d’un sceau inimitable
Ma vie de tout repos et même un peu minable :
Je te suis attachée comme fer à l’aimant.

Publié dans Amours, Les gens, Questions ? | Laisser un commentaire

Conseils pour nettoyer son âme

Douceur

Poème illustré par un tableau de :

A. Schintu

Les mots laissent parfois d’avilissantes traces
Qui peuvent salir l’âme. Il faudrait donc très vite
Les gommer. Sur le champ. Afin que soit détruite
Toute empreinte du mal. Pour qu’à jamais s’effacent

Ces macules de boue qui encrassent le coeur…
Il faut pour s’en laver se gorger de lumière ;
Plonger sans hésiter les deux mains dans la terre,
En respirer à fond l’aseptisante odeur.

Ecouter du Mozart… ou toute autre musique
Qui peut tout en douceur bercer divinement
Une âme endolorie. Savourer ces moments
Où l’on vous apprécie car vous êtes unique.

Ou courir sous la pluie ;  la laisser nettoyer
De son jet pétillant qui lave et qui ruisselle
Votre âme profanée, pour une vie nouvelle ;
Epurer votre coeur de ce qui l’a souillé.

Respirer, écouter, regarder la Nature…
Laisser agir le temps – jamais on ne le trompe !
Les minutes, les jours et les années estompent
Toute méchanceté, toute pensée impure…

Le chemin sous vos pas sera de nouveau sûr,
Le ciel refleurira. Et peu à peu votre âme
Miraculeusement retrouvera sa flamme.
Le monde autour de vous redeviendra très pur…

Publié dans Amours, Questions ? | 4 commentaires

L’embobineur

chat-curieux

Issu de cet Ailleurs que seuls les chats connaissent,
Il est venu chez moi, tout petit rien du tout
Certainement perdu, un minable matou.
Voulant faire de moi son esclave-maîtresse,

Il a tout fait bientôt pour investir la place :
Il l’avait décidé, je n’y pouvais plus rien !
Et réussissant même à séduire mon chien,
Il a su déployer tant d’atours et de grâce

Qu’il a gagné mon coeur. Bien vite sous le charme,
Je n’ai plus alors su le rejeter dehors.
Car c’est ainsi, un chat : sous un fragile abord,
Un vrai ensorceleur ! Vous n’avez aucune arme

Pour lutter contre lui, contre ses sortilèges.
Il a tous les atouts, c’est un grand séducteur,
Sachant ouvrir pour vous le domaine enchanteur
D’un monde énigmatique, avec tout un cortège

De signes mystérieux, de tendresse donnée
Seulement s’il le veut ! Petit sphinx sibyllin
Et terrible enjôleur, le tout petit félin
M’a mise sous sa coupe et m’a embobinée !

Publié dans A la maison, Amours, Zooland | Laisser un commentaire

La sorcière

femme

Si parfaite est sa peau qu’une pêche au jardin
S’en est plainte au soleil tant elle est veloutée.
Son charme est une drogue, aimée et redoutée
Des nombreux prétendants à l’esprit libertin

Qui rôdent autour d’elle. Ambrée comme un verger
Fleurant bon les fruits mûrs, sa beauté ensoleille
Ses draps frais repassés, et chacun s’émerveille
De ces yeux indigo sachant si bien piéger

L’amoureux décidé à boire ses baisers.
Son charme est dangereux, mais la fille si aimable
Qu’elle sait à jamais se rendre inoubliable.
Comme un vin dangereux, elle peut vous griser

Et vous rendre cinglé ! Peau exquise à goûter,
Moelleuse comme un fruit dont la fraîche saveur
Fond tout doux sous la langue… Incroyable ferveur
Des hommes prêts à tout pour pouvoir affronter

La belle redoutée, dont la beauté altière
Donne à tous ses amants l’impression de tomber
Dans un piège mortel, qu’ils feignent d’ignorer
En croyant la dompter. Mais c’est une sorcière

Dont le cœur est glacé, et nul n’a eu encor
Le pouvoir de régner sur son âme rebelle.
Elle sourit toujours, somptueusement belle,
Et son nom est étrange : on l’appelle la Mort.

Publié dans Amours, Contes, Les gens, Questions ? | Laisser un commentaire

Le cadeau de Mimi

Chat

Ma maîtresse exagère. Et bien mal m’en a pris
De lui faire un présent ! Car elle vient encore
De remettre dehors la minable souris
Attrapée au jardin près de la mandragore

Pour la lui apporter avec moulte tendresse
Et la mettre à ses pieds avec beaucoup d’amour.
Elle a poussé un cri, et puis – oh, la traîtresse !
M’a reclus au cellier fermé à double tour.

Pas la première fois que je me fais avoir !
Elle a pris un balai pour chasser la bestiole…
Rien qu’en fermant les yeux, il me semble la voir
La pousser dans la cour pour qu’elle batifole

En se foutant de moi, bien loin de mes sévices
Et de ma cruauté. Après, décolérant,
Elle n’y verra plus qu’une sorte de vice
Envers lequel il faut être un peu tolérant,

Et me fera sortir ! Mais j’aurais bien mieux fait
De croquer mon butin ! Ma maîtresse est bizarre,
Qui mange du poulet et de l’agneau de lait
Sans se considérer comme un monstre barbare !

Et moi, pour un mulot, tel un croquemitaine,
J’aurai été parqué au fond d’une prison…
Lors d’une autre battue que j’espère prochaine,
Je commettrai mon coup bien loin de la maison !

Publié dans Amours, Zooland | Laisser un commentaire

L’attente

automne2

Bien que passe le temps, elle attend qu’il revienne
Et se languit de lui. Le feuillage a jauni
Sur le micocoulier depuis qu’il est parti ;
L’arbre semble anémié… La douloureuse antienne

D’une chanson d’amour lui taraude le cœur :
Celle qu’il lui chantait pour la faire sourire.
Il faudrait l’oublier, mais son âme soupire,
Même si par pudeur elle feint la froideur.

L’arbre est un peu penché, vrillé par la vieillesse.
Novembre le dévêt de son feuillage roux,
Le laissant désarmé face à l’âpre courroux
Du mistral qui s’en fout… Brisée par la détresse,

Elle attend que revienne avant un morne hiver
Celui qui est parti quand était encor belle
La campagne alentour, et dont la ritournelle
Fleurissait le jardin toujours jaspé de vert.

Parfois le vent faiblit, et il lui semble entendre
Le chant de son amant tout au bout du chemin.
Mais c’est une illusion. Pas un seul être humain
Qui songe encor à elle ! Elle ne sait qu’attendre

L’homme au rire sonnant et aux belles chansons
Qui savait oublier combien elle était vieille.
Comme l’arbre tordu, ou la vétuste treille
Fermement agrippée aux murs de sa maison…

Il ne reviendra plus. Il fait froid, c’est l’automne,
Et l’arbre est dépouillé de son feuillage noir.
Elle clôt ses volets pour ne plus l’entrevoir,
Comme le ciel souillé de mouchetures jaunes…

Publié dans Amours, Automne, Les gens | Laisser un commentaire

Les Baux en hiver

Michel Bec

Poème illustré par un tableau de :

Michel Bec

L’automne a passé le flambeau
A l’hiver. Un poisseux ciel gris
Que déjà la nuit assombrit
Pèse lourdement sur les Baux.

Le village est vide, et le vent
Y mène sa danse infernale :
Assourdissante bacchanale
Du mistral qui court droit devant

Comme un centaure sans raison
Tonitruant dans les venelles.
La débandade habituelle
D’une morne et triste saison !

Te rappelles-tu l’an dernier
Quand l’on y fit une balade,
Poussés dans notre promenade
Par ce vent fou qui ricanait ?

Il y faisait si froid alors
Que ton doux visage était pâle,
Pâle comme l’anneau d’opale
Auréolant le croissant d’or

De la lune accrochée au ciel.
Les vieilles maisons du village,
Bastides grises d’un autre âge,
Etaient éclaboussées du miel

De la ténébreuse lueur.
Le vent tordait ta chevelure
Qui dansait comme une voilure
Autour de ton visage en cœur…

Les Baux sont tristes en hiver.
Tu n’es plus là, tu t’es perdue
Dans une existence éperdue…
Dis, n’ai-je point assez souffert ?

Peut-être un jour reviendras-tu ?
Je t’attends rue de la Calade
Où l’infernale cavalcade
Du vent dévale à qui veux-tu….

Publié dans Amours, Automne, Hiver, La Haute Provence, La Provence au coeur | Laisser un commentaire

Grognitude

déjeuner au jardin

Lou déjeune souvent très tôt sur la terrasse
Quand y clique léger un tout premier soleil
Encor un peu dolent ; quand ses rayons vermeils
Ne criblent point encor la Provence un peu lasse

Des excès de l’été au mitan de juillet.
Tout au fond du jardin chante une tourterelle
Affamée de sa mie qu’amoureuse elle appelle…
Marc le rejoint plus tard, les yeux encor brouillés

Des rêves de la nuit, barbe et cheveux hirsutes,
Tout affamé de thé, de pain frais et de miel,
Avec au fond des yeux des bribes d’arc-en-ciel.
Il n’est pas vraiment là ! Pas question qu’on discute !

Lou attend qu’il échappe aux rêves de sa nuit
Pour l’aborder de front. Silencieux il grignote
Un morceau de jambon et un bout de biscotte,
Encor tout engourdi et réfractaire au bruit…

Le jardin est semblable à lui quand il s’éveille
A la vie des longs jours embrasés de juillet.
Sur son feuillage bleu encor ensommeillé
Et tout étincelé de lumière vermeille,

Des gouttes de rosée fondent tout doucement.
Tout n’est que calme et paix. Seule la tourterelle
Continue sa chanson pour appeler sa belle.
Patiemment Lou attend l’éveil de son amant…

Il boit un peu de thé, puis enfin il renaît,
Lui sourit tendrement et le prend par le cou.
La tourterelle en joie fredonne son roucou.
Le jardin resplendit. Lou est rasséréné…

*Dédié à deux amis qui se reconnaîtront

Publié dans A la maison, Amours, Le soleil-lion | Laisser un commentaire