Archives de catégorie : A la maison

Feu d’enfer

feu-cheminee

L’on vient de rallumer dans l’âtre un feu d’enfer :
Il faut bien accepter le retour de l’hiver,
Ses soucis saisonniers et leurs inconvénients !
Cependant si novembre est pas mal contrariant,

Pour mieux le survoler nous avons malgré tout
Moultes petites joies : après-midis très doux
Au creux d’un bon fauteuil à regarder les flammes,
Laisser aller complet bien loin de tous ces drames

Qui rugissent dehors. Le ciel y est si noir
Qu’à midi l’on dirait qu’est survenu le soir.
Et pour imaginer que l’existence est belle,
Nous tentons de ne plus écouter les Nouvelles !

L’horloge tique et taque en dépeçant le Temps.
Il fait tiède, il fait bon. Oh, presque tout autant
Qu’il y a quelques mois ! Le bonheur qui ronronne
S’est installé chez nous. La bouilloire chantonne…

On est bien, il fait chaud. Le malheur est bien loin…
Mais quel est donc ce bruit dehors sur le chemin ?
Des gens dépenaillés et à l’allure étrange
Dont l’allure accablée nous stresse et nous dérange

Viennent de s’arrêter juste devant la porte.
Que nous veulent-ils donc ? Le diable les emporte,
Les remmène chez eux ! Qu’ils restent en enfer
Et subissent ailleurs les tourments de l’hiver…

Tiens, l’on n’entend plus rien… Alors on se regarde…
Sais-tu que d’ici peu, si l’on n’y prend point garde,
Notre cœur endurci s’en va se dessécher ?
Il faut les rappeler et aller les chercher…

Mais ils sont repartis, rivés à leur misère,
Pour divaguer sans fin tout autour de la Terre.
Nous, nous n’avons rien fait… Désormais peu nous chaud
Qu’il fasse bon chez nous et qu’on y soit au chaud !

Publié dans A la maison, Hiver, Les gens, Questions ? | Un commentaire

L’embobineur

chat-curieux

Issu de cet Ailleurs que seuls les chats connaissent,
Il est venu chez moi, tout petit rien du tout
Certainement perdu, un minable matou.
Voulant faire de moi son esclave-maîtresse,

Il a tout fait bientôt pour investir la place :
Il l’avait décidé, je n’y pouvais plus rien !
Et réussissant même à séduire mon chien,
Il a su déployer tant d’atours et de grâce

Qu’il a gagné mon coeur. Bien vite sous le charme,
Je n’ai plus alors su le rejeter dehors.
Car c’est ainsi, un chat : sous un fragile abord,
Un vrai ensorceleur ! Vous n’avez aucune arme

Pour lutter contre lui, contre ses sortilèges.
Il a tous les atouts, c’est un grand séducteur,
Sachant ouvrir pour vous le domaine enchanteur
D’un monde énigmatique, avec tout un cortège

De signes mystérieux, de tendresse donnée
Seulement s’il le veut ! Petit sphinx sibyllin
Et terrible enjôleur, le tout petit félin
M’a mise sous sa coupe et m’a embobinée !

Publié dans A la maison, Amours, Zooland | Laisser un commentaire

La porte bleue

La porte bleue

Poème illustré par un tableau de :

Yves Lallemand
lallemandyvespeintre.free.fr

Dans le fond du jardin, il y a une porte
Peinte d’un bleu si bleu que le ciel est jaloux
De n’avoir jamais pu créer un ton si doux,
Même au fin-fond du Sud, là-bas, sur la Mer Morte !

Nul n’a jamais trop su sur quoi elle s’ouvrait.
L’on ne peut pas savoir, car la clé s’est perdue…
L’on ne veut pas savoir, et sa quête éperdue
A cessé quand quelqu’un s’est dit qu’elle pourrait

Donner sur un mystère ou un tout autre monde.
On aime mieux rêver. L’on imagine tout.
Ce bleu ciel sous-entend les songes les plus fous.
Sur quoi s’ouvre la porte ? Les présomptions abondent :

L’un y voit une issue vers une île au trésor
Regorgeant de bijoux et de pierres précieuses
Où chacun serait riche. « Théorie fallacieuse »
Lui disent ses amis « Y aurait-il encor

D’éventuels désirs si l’on était tous riches ? »
Un autre y imagine un jardin, Paradis
S’étant coupé un jour d’un quartier enlaidi
Par l’excès de béton et préférant la friche ;

Un autre enfin la fin d’un univers fini,
Un Rien où l’on pourrait jour après jour tomber
Si l’on trouvait la clé. Et même être absorbé
Par un néant glacial et un vide infini…

C’est vrai qu’il suffirait d’aller chercher l’échelle
Pour voir ce qu’il en est, regarder par-dessus…
Mais nul ne veut savoir ; l’on ne rêverait plus !
Empreinte de folie, la vie est moins cruelle…

Publié dans A la maison, Contes, Questions ? | Laisser un commentaire

Le rescapé

Oiseau-virginie-trabaud

Illustré par un tableau de :
Virginie Trabaud

Un tout petit oiseau sautille
Dans le jardin tout déplumé.
Minuscule yoyo emplumé,
Il fait ployer une brindille

De son infime poids ailé.
Le ciel pesant, le long hiver
Sans fleurs, sans lumière et… sans vers,
Ne semblent point le perturber !

Il n’a pas faim, non ! Il gazouille,
Vif comme l’air et guilleret,
Auréolé d’un liseré
De lumière au chatoiement rouille.

Joli spectacle, évidemment !
Peut-être bien une mésange,
Ou la miniature d’un ange
Aussi scintillant qu’un diamant

Dans les gais reflets du soleil ?
Soudain je frappe dans mes mains :
Je viens de voir sous le jasmin,
Emergeant de son lourd sommeil,

Ma petite amie carnassière,
La chatte Amour. Elle a senti
Qu’il y avait un étourdi
Non loin de là ! Le pauvre hère

N’a que le temps de s’envoler…
La chatte est restée toute bête,
La gueule bée sur sa défaite.
Quant à l’oiseau, il rigolait…

 

Publié dans A la maison, Hiver, Zooland | Laisser un commentaire

Couleurs sépia

Automne

Il ne pleut plus, et le jardin
Que la pluie d’automne a repeint
De couleurs sépia d’un autre âge*
Arbore un tout nouveau visage.

Il a l’air d’un ancien cliché
Aux tons passés et délavés…
Ce jour s’est-il trompé d’époque?*
Le temps d’autrefois s’entrechoque

A l’harmonieux temps d’aujourd’hui.
Le ciel a de très humbles teintes
Et l’allée que septembre a peinte
De brume est ouatée de gris.

Est-on jadis, est-on demain ?
Le ciel est comme un parchemin
Où peut s’inscrire l’envolée
D’une migration bariolée

Vers le grand Sud, là-bas, au loin…
Mais pour l’instant, il n’y a point
D’irrévérencieux coloriage :
Pas de violence ni d’outrage

A cette ineffable douceur !
Ces tons passés dont la rousseur
Semble élavée par la vieillesse
Donnent au jardin la mollesse

D’une belle endormie d’antan.
Passent les jours, passe le temps…
Puisse cette douceur de vivre
Encor bien longtemps nous survivre !

**Merci à Denis qui m’a « offert » ces deux vers, autour desquels j’ai « bâti » ce poème !

Publié dans A la maison, Automne, Chez nous | Laisser un commentaire

Grognitude

déjeuner au jardin

Lou déjeune souvent très tôt sur la terrasse
Quand y clique léger un tout premier soleil
Encor un peu dolent ; quand ses rayons vermeils
Ne criblent point encor la Provence un peu lasse

Des excès de l’été au mitan de juillet.
Tout au fond du jardin chante une tourterelle
Affamée de sa mie qu’amoureuse elle appelle…
Marc le rejoint plus tard, les yeux encor brouillés

Des rêves de la nuit, barbe et cheveux hirsutes,
Tout affamé de thé, de pain frais et de miel,
Avec au fond des yeux des bribes d’arc-en-ciel.
Il n’est pas vraiment là ! Pas question qu’on discute !

Lou attend qu’il échappe aux rêves de sa nuit
Pour l’aborder de front. Silencieux il grignote
Un morceau de jambon et un bout de biscotte,
Encor tout engourdi et réfractaire au bruit…

Le jardin est semblable à lui quand il s’éveille
A la vie des longs jours embrasés de juillet.
Sur son feuillage bleu encor ensommeillé
Et tout étincelé de lumière vermeille,

Des gouttes de rosée fondent tout doucement.
Tout n’est que calme et paix. Seule la tourterelle
Continue sa chanson pour appeler sa belle.
Patiemment Lou attend l’éveil de son amant…

Il boit un peu de thé, puis enfin il renaît,
Lui sourit tendrement et le prend par le cou.
La tourterelle en joie fredonne son roucou.
Le jardin resplendit. Lou est rasséréné…

*Dédié à deux amis qui se reconnaîtront

Publié dans A la maison, Amours, Le soleil-lion | Laisser un commentaire

Obstination

Maisonnette

Les longs doigts de la pluie tambourinent le toit,
Jazzant à toute allure un joli tintamarre.
Tic et taquant gaiement un petit air bizarre,
La pluie bleue machicote et veut entrer chez moi.

Elle frappe et tapote à petits coups pointus
Les tuiles arrondies. Sa drôle de musique
Fait chanter follement l’antique toit qui clique
Sous son flot continu. Son gai tempo têtu

Ne s’est point arrêté depuis mercredi soir !
Elle désire tant que j’ouvre la fenêtre
Que je suis hors de moi, et que je l’envoie paître
Car son obstination devient vraiment… rasoir !

Mais elle continue à chanter et valser.
Tip et tap, tip et tap ! Ses milliers de papattes
De perverse dingo et de folle acrobate
Bondissent sur mon toit en le faisant danser.

L’eau commence à monter autour de la maison.
Rien ne peut endiguer la folle sérénade ;
Dans la campagne entour, c’est une débandade :
La pluie du mois d’avril a perdu la raison !

C’est le soleil tout neuf qui nous en a sauvés :
Attiré par nos cris, il a bouté la folle
Hors de notre Midi. Depuis, il caracole
Au-dessus de chez nous pour tout faire sécher.

La pluie s’en est retournée bien seule dans le Nord,
Tip et tap, tip et tap – avec sa chansonnette.
Son rythme martelant m’est resté dans la tête,
Comme son rire frais qui y cliquette encor…

Publié dans A la maison, Automne, Chez nous, Contes | Un commentaire

La maison du soleil

rayon-lumiere-

J’ai laissé le printemps entrer dans la maison
Par la fenêtre ouverte. Il s’y est faufilé
Avec cette candeur qui défie la raison ;
Et l’hiver déconfit s’en est bien vite allé

Se faire pendre ailleurs. Les murs blancs du salon
Ruissellent de lumière et l’on dirait qu’ils chantent
Un petit air clinquant avec force flonflons.
Les tommettes auburn que tout ce feu enchante

Miroitent tant et plus, tellement bien cirées
Qu’on les dirait huilées par les rais du soleil.
Le ciel ruisselle d’or sur les tuiles ocrées,
Et le vieux toit n’est plus qu’un clignement vermeil.

Ma maison du soleil scintille tant et plus
Dans ce déferlement de lumière nouvelle.
Il y a quelques fleurs aux pentes des talus
Comme pour claironner cette bonne nouvelle :

La plus jolie saison s’en est bien revenue !
Le printemps se balade au cœur de la maison,
Et pour lui souhaiter une gaie bienvenue
Nous allons entonner une aimable chanson…

Publié dans A la maison, Printemps | Laisser un commentaire

Abandon

Maison

La maison se sent vaine, elle a perdu son âme :
Les gens qui l’habitaient sont partis vivre au loin,
Des gens qu’elle aimait bien. Des gens sans grand tintouin,
Mais un chouïa cinglés. Des gens tout feu-tout flamme

Et qui déambulaient de la cave au grenier
A longueur de journée… Bruyantes cavalcades
Dévalant l’escalier ; fous-rires en cascades,
Pleurs enfantins, grands cris… Des toiles d’araignées

Pendouillaient sur ses murs ? C’était sans importance,
Et si son carrelage était un peu douteux,
La maison s’en fichait, comme des trucs boiteux
Servant de mobilier ! Mauvais goût et outrance

De la décoration qui ferait frissonner
Le moindre designer ? Elle n’en avait cure,
Préférant au bon goût cette joie que procure
L’insouciance de gens si peu disciplinés

Qu’ils laissaient leurs enfants, leurs chiens, leurs chats, leurs bêtes
Piétiner sans souci son ravissant jardin ;
Lui aussi tristounet, qui se demande bien
Qui viendra y jouer pour prolonger la fête…

Aujourd’hui le mistral agite les volets.
La maison s’en contente : un peu d’agitation
N’est pas pour lui déplaire, et sa rumination
Va s’en trouver distraite… Ils s’en sont tous allés

Pas bien loin du vieux Port, au centre de Marseille.
Il cherchait du travail et il en a trouvé…
La maison est bien vide et triste à en crever.
La garrigue alentour n’est plus du tout pareille…

Publié dans A la maison, Chez nous, La Provence au coeur, Marseille | Laisser un commentaire

Les maisons gigognes

paysage-campagne-provencale

Il y a deux maisons au cœur de sa maison :
Celle où il est présent, celle où il n’est pas là.
Celle qui est rangée, où règne la raison ;
Et celle où vient un homme avec ce branle-bas

Accompagnant l’amour. Les jours où elle est seule,
Tout est trop bien rangé, et la maison ronronne
Comme un gentil matou. Le confort un peu veule
D’une douce routine, un peu trop monotone…

Et puis quand il arrive, il apporte le feu
De cette agitation tourbillonnant dehors ;
Sorte de mouvement les emportant tous deux,
Réveillant la maison, lui rappelant alors

Que la vie, c’est l’amour et ses bizarreries.
Soudain désordonnée, sa demeure s’éveille,
S’extravagant soudain d’un zeste de folie
Dont même le vieux chat étonné s’émerveille…

Et puis quand il s’en va, la Belle au Bois dormant
Retourne doucement au paisible sommeil
Du train-train quotidien. Un doux ronron charmant,
Même si chaque jour tout est toujours pareil.

Imperturbable et sage, elle attend qu’il revienne,
Chérissant en son cœur la tendre perspective
D’un bien proche retour… Etranges phénomènes,
Ils ne se cherchent point une autre alternative !

Sous la même toiture, il y a deux maisons :
Celle du célibat, celle des amoureux
Qui veulent concilier raison et déraison.
Un curieux compromis, mais qui les rend heureux…

Publié dans A la maison, Amours, Zooland | Laisser un commentaire

Le visiteur

Matteo Pugliese

Poème illustré par une sculpture de :

Matteo Pugliese

Ca fait plus de vingt ans qu’il n’est pas revenu
Dans sa vieille maison au décor inchangé :
Toujours ce radassié* contre le haut mur nu
Chaulé d’un blanc ocré… Rien n’a vraiment bougé

Depuis des décennies, des vieux meubles d’antan
Aux tommettes ocrées. Pas même sa photo
Posée sur le bureau. Depuis combien de temps
En est-il donc parti, fuyant sur sa moto ?

L’horloge bat tout doux, aussi doux qu’autrefois.
Barbara est assise au creux de son fauteuil,
Terriblement vieillie, mais avec toutefois
Sa grâce préservée de fragile chevreuil

Et son long regard bleu. L’horloge bat tout doux
Le temps lourd de l’oubli, le temps des souvenirs.
L’horloge bat tout doux le temps devenu flou
Où le présent est mort sans aucun avenir…

Mais qu’est donc une horloge en ce monde si dur ?
Il lui faut maintenant quitter sa Barbara…
Pour rebrousser chemin, il traverse le mur
Sans avoir pu d’un mot dire qu’il était là.

*Banc provençal paillé

Publié dans A la maison, Amours, Contes | Laisser un commentaire

Absence

Absence

(Sonnet)
La maison est bien vide. Il me semble pourtant
Y entendre ton pas dévalant l’escalier,
Les éclats de ton rire à gorge déployée
Et ta voix fredonnant une chanson d’antan…

Bien vide est la maison. J’y vais compter les jours.
Leur rythme est monotone et leur cours languissant,
Car toute heure sans toi est un temps morne et sans
Véritable importance. Attendre ton retour

S’avère désormais mon unique projet.
Et tout autour de moi le plus infime objet
Me rappelle ta vie et la mienne imbriquées

Si merveilleusement. Contre toute raison,
L’horloge est arrêtée. Dans toute la maison,
La vie au ralenti semble s’être bloquée.

Publié dans A la maison, Amours | Un commentaire

Un bien curieux hiver

Ciel d'hiver

Poème illustré par un tableau de :

Kiriba Noha
http///www.art.com/kiribanoha

Le ciel couleur d’étain ressemble à une sphère
Englobant l’horizon. Est-ce la pollution
Et son voile poisseux qui souillent l’atmosphère ?
D’où peut donc bien venir cette étrange impression

D’être mal dans sa peau ? Un bien curieux hiver,
Parfois tiède… ou glacé ! Sous la nue maladive,
On a le sentiment que tout marche à l’envers :
Un jour passé au Pôle et un autre aux Maldives !

Tantôt froid, tantôt chaud… La Nature est cinglée,
Qui souvent ne sait plus cloisonner les saisons ;
L’on en a la caboche un peu tourneboulée,
A ne plus trop pouvoir compter sur la Raison.

Un bien curieux hiver ! D’autant qu’aux alentours,
Tout s’en va de travers comme ce fichu temps :
Mon jardin bien-aimé a perdu ses atours
Et toute sa beauté… Oh, j’aimerais autant,

Comme la Belle au Bois, dormir pendant cent ans
Plutôt que de subir ce climat si bizarre !
Nous sommes en hiver – on le dit ! Et pourtant,
A voir ce temps tout mou tellement dérisoire,

L’on ne dirait jamais que nous somme(s) en décembre !
La Nature s’affole et s’emberlificote
Dans tous ses plans pourris. Mieux vaut garder la chambre
Et dormir trois longs mois tout comme une marmotte….

Mais peut-être après tout cet hiver est-il comme
Ceux qui l’ont précédé ? Que seul mon cœur… déconne !

Publié dans A la maison, Chez nous, Hiver | Un commentaire

L’arbre à contretemps

cerisier-fleurs

Dans le fond du jardin, l’unique cerisier
Se laisse un peu aller. Comme il se sent costaud,
Il s’étale partout. Il faudrait l’élaguer
Car il devient gênant. Mais c’est encor trop tôt !

C’est avant, d’habitude – à Sainte Catherine –
Que sa sève tarit, qu’il se repose enfin !
Mais comme cette année le beau temps qui lambine
Ne veut point concéder un pouce du terrain,

L’arbre embobeliné se croyant au printemps
Bourgeonne à qui mieux mieux sans être raisonnable.
Peut-il encor fleurir ? N’en demandons pas tant,
Et mieux vaudrait pour lui qu’il soit bien moins aimable.

Toujours aussi actif, le soleil goguenarde :
Se fichant de l’hiver, de sa maussade humeur,
Il occupe le ciel de force, à la hussarde,
Gorgeant de sa lumière et la terre et les fleurs

Et trompant méchamment notre vieux cerisier.
Nous sommes embêtés, nous ne savons que faire,
Ne pouvant l’élaguer sans le faire saigner !
Fichu réchauffement qui crée bien des misères…

Mais l’arbre semble heureux sous l’ultime lumière,
Toujours gavé de sève en sa pleine verdeur.
C’est le onze novembre. Allons boire une bière
Sous son ombrage fou et sa tiède fraîcheur !

Publié dans A la maison, Automne, Chez nous | 3 commentaires

Le vieux mas et le vent

Mas dans la garrigue

Il est comme un fortin ancré dans la garrigue,
Un vieux mas chavirant au souffle du mistral
Qui tournoie follement en entamant sa gigue,
Donnant au ciel cobalt l’éclat pur du cristal.

Les murs tout de guingois ont des teintes d’automne,
Et la lumière y pose un doux chatoiement roux
Alors que le soleil, tel un grand dahlia jaune,
Se fane à l’horizon du côté de Coudoux

Où s’éteignent les feux de la vie quotidienne.
Le mas est isolé ; on le dirait perdu
Dans la lande pelée aux teintes d’obsidienne ;
De son toit quelquefois un grand vol éperdu

De tout petits oiseaux jaillit comme une trombe
Sans qu’on sache pourquoi ni comment ils sont là :
Eclos au creux des murs ? Le mas, tel une tombe,
Semble pourtant sans vie. Le vent a cappella

Soudain pris de folie hurle son chant de mort
Et heurte à l’huis moisi comme s’il désirait
Entrer à l’intérieur de la maison qui dort.
S’élevant dans le soir comme un temple doré,

Le mas résiste à tout… Le mistral tourbillonne
Tout autour du bastion. Il beugle et il gémit
Bien inutilement : il n’y a plus personne
Dans la vieille bastide avalée par la nuit.

Publié dans A la maison, Chez nous, Cités provençales, La Provence au coeur, Zooland | Laisser un commentaire