Caro

Pour Maïté

Il était roux comme une feuille
Elle porte toujours son deuil
Car il était d’or, tendre et beau :
C’était son rouquin, son Caro.

C’était un gros chat aux yeux verts.
Son poil tacheté de lumière
Etait tout gonflé de soleil :
C’était son Caro, sa merveille !

De temps en temps pour lui montrer
Que, bien qu’Humain, il l’adorait,
Il lui portait un gras mulot :
C’était son soleil, son Caro.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.