Caprices

  

Poème illustré par un tableau de :

Botticelli
(1445-1510)

Le printemps est très capricieux :
Vêtu de noir ou bien de bleu,
Il aime se parer d’orages,
Et de vent, de fleurs, de nuages.

Parfois il est couleur de terre,
De froid, de brume, de misère,
Et il porte comme en sautoir
De lourds colliers de nuées noires.

Le lendemain tout lumineux,
Il se drape d’un délicieux
Pareo d’odeurs presque folles,
Des senteurs épicées ou molles.

Joie et lumière, ombre et réveil,
Tout brodé de pluie, de soleil,
Comme Janus aux deux visages
Il est fait de joie ou de rage.

Mais s’il est quelquefois grognon,
C’est souvent un fort gai luron,
Et il suffit qu’il apparaisse,
Pour que tout vibre d’allégresse.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.