Canicule en montagne

Petit matin d’été sur la Haute-Provence,
Un matin de juillet, un tiède matin terne
Où l’énorme soleil est encor mis en berne
Par la fin de la nuit où des étoiles dansent.

Il va faire très chaud mais l’on peut respirer !
Très froid malgré l’été, un torrent mugissant
Dévale la montagne, et c’est en rugissant
Qu’il percute l’Ubaye. Poussant des cris d’orfraie,

Un groupe turbulent de gamins déchaînés,
Levés vraiment très tôt en vue d’une baignade,
Se démène dans l’eau ; et cette bousculade
Quand il fait encore frais vise à les apaiser

Quand viendra la fournaise. Or, dit la météo,
Il va faire si chaud que même en altitude,
On va vivre l’enfer. On n’a pas l’habitude,
Dans les Alpes du Sud, d’étés originaux

Où l’on ne peut souffler tant le soleil est fou !
Les gens viennent ici pour un peu de mieux-être
Et c’est exactement ici que vient de naître
La plus folle chaleur jamais vue à Praloup

Ou à Barcelonnett(e) ! Lors on reste au chalet.
Bien étranges congés ! Face à la canicule,
Si bizarre en montagne, on se sent ridicule !
On regrette la mer. Surtout les Marseillais…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.