Callian

Poème illustré par un tableau de :

Patrice Skrabal
www.art-pistache.com

A Callian* les ruelles montent en spirale
Vers un très beau château qui possède deux tours
Dont celle de l’Horloge, loin d’être banale ;
Je m’en vais vous conter quel est le bruit qui court :

A sa base une porte au linteau décoré
D’une extraordinaire tête de cochon.
Son groin est rutilant, poli par des milliers
De mains qui l’ont frotté depuis moultes saisons,

Car la légende dit que quiconque l’astique
Fait le plein de bonheur pendant toute une année.
Il est curieux de voir comme chacun le brique,
Crédule tout au fond, mais avec l’air blasé !

Or il y a quelqu’un que cela fit bien rire :
C’est soeur Emmanuell(e) qui termina ses jours
Dans le joli village en forme de sourire.
Son âme y flotte encor, toute grâce et amour.

*Poème dédié à Callian et…Soeur Emmanuelle

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire