Brume d’automne

 

Ce matin la lande est informe.
On n’est pas trop habitué
A des lignes si diluées
Et le flou n’y est pas la norme.

La lumière est si tamisée
Que tout est sans aucun contour.
Fait-il nuit ou bien fait-il jour ?
Les formes sont comme émoussées

Par une atmosphère amollie
Où le soleil amenuisé
Est tout pâlot et anémié.
Sommes-nous chez nous par ici ?

On n’est plus en Provence. Où sont
Les teintes fortes, le tintouin
Des oiseaux au petit matin.
Le Temps est devenu abscons.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.