Brume d’automne

Poème illustré par un tableau de :

Caspar David Friedrich
(1774-1840)

Les sommets de l’Ubaye paraissent écrêtés
Tant la brume les noie d’un voile sécrété
Par l’aube rembrunie du début de l’automne.
Le ciel a dégueulé de tristes vapeurs jaunes

Qui flottent sur les toits d’Enchastrayes endormi.
Depuis quelque huit jours le ciel clair a blêmi,
Perdant tout doucement sa couleur provençale
Pour passer d’un bleu pur à un indigo pâle.

La montagne est floutée par des pans de brouillard
Amollissant ses pics plantés comme des dards
Dans le ciel de septembre. Et les cimes pointues
En semblent arrondies, sans ces lignes aiguës

Découpant l’horizon de leur contour brisé.
Malgré le temps bouché, des éclairs irisés
Jaillissent quelquefois du fin-fond des nuages,
Comme pour rappeler la lumineuse image

Des dernières journées de l’été moribond.
Des lambeaux de brouillard voguent en vagabonds
De sommet en sommet en haut de la montagne.
Un très pâle soleil parfois les accompagne

Presque en catimini de ses ternes rayons.
La brume qui se tord en rondes contorsions
Drape d’un tulle gris les branches des mélèzes.
De la montagne suinte un mystérieux malaise…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Automne, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire