Bruit de pluie

 

 

 

 

 

 

 

J’aime le bruit de l’eau crépitant sur le toit.
En tombant dru la pluie, telle une ogresse, avale
La chaleur insensée ; une trombe dévale
Du ciel couleur de suie comme un rempart tout droit.

Il y a un mur d’eau entre notre maison
Et le jardin criblé par cette eau qui grésille,
Qui gicle tant et plus et forme une résille
Dure comme du fer, défiant la raison.

Il fait beaucoup moins chaud et l’on est presque bien ;
L’orage a dévoré la chaleur infernale,
Aidé par cette pluie vraiment phénoménale
Qui dissout la touffeur, la réduisant à rien,

A la presque fraîcheur des soirs du mois de mai.
Le mur d’eau est épais tout comme une muraille ;
La pergola vacille, et c’est une mitraille
Qui bombarde la bâche en la faisant vibrer.

Comment donc un seul ciel peut-il bien contenir
Un tel volume d’eau ? Qui a ouvert la bonde ?
L’averse est insensée et vient d’un autre monde
Dont la perversité va nous anéantir.

Et voici qu’on a froid ! Oh, maintenant, c’est trop !
Il faudrait que le Dieu de la pluie se repose…
De mon jardin haché ne reste qu’une rose
Pendouillant tristement dans son tout petit pot.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans A la maison, Chez nous, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire