Boursouflé de glace et de neige…

Le ciel ressemble à un gros sac
Boursouflé de glace et de neige ;
Se réfléchissant dans le lac,
Des hordes de nuages beiges

L’ont enténébré de leur ombre.
Novembre, un triste musicien,
Va jouer la chanson si sombre
De l’odieux hiver qui s’en vient.

Toutes les feuilles sont tombées.
Les arbres, longs squelettes noirs,
Ont leur cime grise nimbée
Par la lumière ocrée du soir,

Un tout premier givre s’accroche
A leur tronc sec et écailleux.
Des diamants brillent sur la roche
Surplombant le val des Maïeux

Où la vie semble s’être éteinte.
La montagne luit au lointain,
Vaste toile ternie et peinte
Par un soleil dont le déclin

Se fait sentir de jour en jour.
La lumière ploie sous l’attaque
Du morne hiver dont le retour
Si proche semble démoniaque

Après un été merveilleux.
L’hiver ? Un avatar odieux…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.