Aube printanière en Ubaye

Printemps en montagne

Poème illustré par un tableau de :

Hélène Zachar
www.livegalerie.com

La montagne bleu vif égratigne le ciel
Au-dessus de l’Ubaye. Un nuage moussu,
Posé sur la Bonette en squatter incongru,
Semble narguer le vent. Mais bousculé par l’aile

De la brise d’avril qui commence à souffler,
Il lâche bientôt prise et gagne l’horizon.
Le soleil qui se lève est d’un rose bonbon
Qui frise l’artifice… Il neige sur Jausiers :

Les tout derniers flocons d’un hiver qui s’accroche
Et ne veut pas mourir ! Des paillettes de gel
Moirent la Pointe Fine irradiée d’étincelles,
Toute nimbée de bleu et qui paraît très proche

Tant est pur l’air si clair qu’il semble de cristal.
La neige fond déjà car le sol réchauffé
Ne lui sied plus du tout. La montagne dorée
Se met à clignoter, et l’Ubaye qui dévale

La pente biscornue est écumeuse et verte.
Tout est gai, tout gazouille et fleure le beau temps,
Et il semblerait bien que le nouveau printemps
Ose franchir enfin sa porte grand’ouverte.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire