Au printemps, un chanteur…

Un minuscule oiseau sifflote sur un pin.
Le jabot tout gonflé tant ses plumes sont neuves,
Il s’égosille à fond car il détient des preuves
Que le printemps renaît et se réveille enfin :

Le museau des bourgeons commençant à pointer
Tout au fond des bosquets ; un nuage qui passe
Gonflé d’une pluie tiède ; et fusant de l’espace,
Des rayons lumineux un peu mieux affûtés…

Va-t-il donc exploser tant la joie qui l’anime
Le pousse à un sifflet trop élevé pour lui ?
Mais non, elle le sauve ; et le soleil qui luit
Encore bien faiblement lui concocte des rimes

Qui parlent de lumière, et d’oiselle, et d’amour,
Tout prêt à recouvrer cette énorme énergie
Et l’intense chaleur d’où va naître la vie.
Le soleil, un oiseau : des amis de toujours !

Le tout petit oiseau siffle sous le ciel bleu,
Le ciel bleu du printemps retrouvant sa lumière,
Et le premier bouton d’une rose trémière,
Fervent admirateur, s’entrouvre peu à peu…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Printemps, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Au printemps, un chanteur…

  1. Balbo Alain dit :

    C’est merveilleux, chère Vette !

  2. Merci, Alain ! On a tellement envie de printemps qu’on en chanterait comme mon petit oiseau ! Mais alors, aïe aïe aïe… Tout au moins de ma part !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.