Au chaud

Poème illustré par un tableau de :

Elke Vannel
http://pagesperso-orange.fr/elke.peintre

On est si bien lové au creux du fauteuil gris,
Tout recroquevillé dans ses bras de velours !
Il fait bon près du feu. On se sent à l’abri,
Protégé du mistral qui rôde dans la cour

En hurlant à la mort depuis une semaine.
Mais ces dernières heures, trépignant sur le seuil
De la maison bien close, il rage et il entraîne
Dans ses tourbillons fous des squelettes de feuilles

En allié de l’hiver qui ne veut pas mourir.
Une branche dehors tapote la croisée :
C’est la bougainvillée qui avec un soupir
Caresse les carreaux et voudrait bien quitter

Ce jardin tout perclus par le froid et beigeasse
Où il ne  reste  rien des plantes de l’automne.
Mais l’on est bien ici, même si l’on se lasse
De ce long février, de ses teintes atones.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire