Dans les ruines de Saint Maime

 

Depuis des jours, depuis des nuits
Et presque le début des temps,
Il erre dévoré d’ennui
Et depuis toujours il attend.

Il attend que passent les heures
Loin de sa mort, loin de sa vie ;
Il erre dans un autre Ailleurs
Enseveli dans l’Infini

Et il imprègne les vieux murs
De sa substance immatérielle.
Parfois on le distingue sur
Les pierres moisies qui ruissellent.

Il porte un pourpoint de velours
Tout transparent et tout usé
Par le défilement des jours
Et par le fil gris des années ;

Il erre déchiré d’ennui
Dans la triste bâtisse sombre,
Il a basculé dans l’oubli
Depuis qu’il appartient à l’ombre.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire