Aquarelle

Poème illustré par une aquarelle de :

Christine Vossot
www.linternaute.com

Du bout de mon pinceau je vais prendre du rose,
Un rose très léger, et du bleu, et du blanc
Tout aussi clairs et doux. Car la douceur des choses
Est l’impalpable sceau du tout nouveau printemps.

La garrigue ronronne au soleil jaune pâle
Qui n’a pas ressorti ses griffes affûtées.
Tiens ! Et si j’ajoutais une touche d’opale
Aux pétales nacrés de l’antique amandier ?

Le mistral friselant sur la campagne beige
N’ose plus perturber ce Midi printanier
Et calme son ardeur. On dirait de la neige
Sur les branches tordues du très vieux cerisier !

Un printemps-aquarell(e) tout en délicatesse,
Où tout n’est qu’harmonie ! Un nuage bien rond
Vogue au plaisir du vent dont le souffle caresse
La tête des épis déjà teintés de blond.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire