Après l’averse

Poème illustré par :

Cl. Coignot
www.clcoignot.artblog.com

Le verger tout trempé qui clignote au soleil
S’égoutte lentement sur l’herbe toute neuve
Déjà costaude et drue bien avant qu’il ne pleuve :
Le printemps revenu sait faire des merveilles

Même si l’eau de mars n’est pas bien généreuse !
Les amandiers en fleurs sont tout gonflés de sève,
Et un rose léger pose comme une brève
Voilette de fraîcheur sur les branches rugueuses.

Tout brille et tout rutile ; la nature est allègre,
Lavée et nettoyée par un souffle de vent
Qui a chassé la pluie aux confins de Mazan
Pour un soleil pimpant mais encor un peu maigre

Qui se fait tout petit en attendant le temps
Où il pourra gonfler et tonner dans le ciel.
Ca sent la terre humide et la brise et le miel ;
Tout là-haut flotte encor un nuage d’argent.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire