Apaisement

Il y a dans le ciel des coulures laiteuses
Qui en souillent le bleu aussi pur que tes yeux.
Et là-bas plus au Sud, des nuages crayeux
Posant sur l’horizon des macules douteuses.

Car c’est fini, ma belle ! Il faut bien t’y résoudre :
Rien ne sert de pleurer les beaux jours disparus !
Le temps s’est déglingué. Mais l’automne encouru
Prépare ses pinceaux et commence à dissoudre

Ses plus riches pigments pour en peindre les arbres.
Ne pense qu’à son Art ! Aux sublimes couleurs
Qu’il va élaborer pour en teinter ces fleurs
Qu’on ne voit qu’en novembre,  et qui ornent le marbre

Des mausolées gisant au fond des cimetières.
Il s’essaiera aussi, plus tard, à l’aquarelle
Et repeindra la mer de coloris pastel
Pour gommer les excès de sa beauté altière.

Enfin ! S’il a le droit, car la belle est violente…
Mais c’est un créateur qui n’hésitera pas
A poser sur les flots des tons plus délicats
Qu’au temps tonitruant où la chaleur pesante

Peignait l’onde bleu-nuit de couleurs trop criardes.
L’automne sait user du charme mesuré
De son pinceau qu’il sait freiner et modérer…
N’aie plus de préjugés, ma belle, et ne regarde

Que ses jolis aspects, sa douceur raisonnable,
Ses dons de créateur aux talents étonnants.
Plus d’été bigarré au charme détonant,
Mais simplement l’automne, en paix et si aimable !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Automne, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire