Silence

Le ciel est couvert aujourd’hui
Et les cigales se sont tû :
Se peut-il donc que leur raffut
Soit  nécessaire par ici

Où l’été vit un paroxysme ?
Silence curieux il est vrai
Car on n’est pas habitués
A tant de calme et de mutisme !

Le ciel est gris et ça dérange
Qu’elles ne veuillent plus chanter
Car leurs pauvres jours sont comptés
Et ce grand silence est étrange !

Comment font donc  les gens ailleurs
Sans ce crissement incessant
Qui est garant du grand beau temps
Et l’allié de notre torpeur ?

Il leur reste encor presqu’un mois :
Impossible qu’elles se taisent !
Nous éprouvons comme un malaise
Et la Nature est en émoi.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.