Anomalie cigalière

Eric Bruni campagne provençale

Poème illustré par un tableau de :

Eric Bruni
www.bruni-gallery.com

On est le trente juin et aucune cigale
N’a encore chanté ! C’est la première fois
Qu’il fait dans notre Sud si bizarrement froid
Que le soleil d’été séquestre ses vestales !

On n’a jamais vu ça : le Midi qui se taît
Au début de juillet ! Un silence absolu !
On a tous l’impression que la Provence est nue
Et qu’elle a oublié que le chant de l’été,

C’est le chant des cigale(s) ! Où sont-elles passées ?
Pourquoi rester ainsi enfouies dans leur trou ?
Pour mieux nous confirmer que ce temps-là est fou ?
Ce maudit ogre-hiver les aurait-il croquées ?

En tous cas, c’est bien triste ! Un été sans cricris,
C’est dormir sans un lit, un repas sans dessert ;
C’est un été raté sans chaleur ni lumière ;
Et la Provence suinte un indicible ennui…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire