Anomalie cigalière

Eric Bruni campagne provençale

Poème illustré par un tableau de :

Eric Bruni
www.bruni-gallery.com

On est le trente juin et aucune cigale
N’a encore chanté ! C’est la première fois
Qu’il fait dans notre Sud si bizarrement froid
Que le soleil d’été séquestre ses vestales !

On n’a jamais vu ça : le Midi qui se taît
Au début de juillet ! Un silence absolu !
On a tous l’impression que la Provence est nue
Et qu’elle a oublié que le chant de l’été,

C’est le chant des cigale(s) ! Où sont-elles passées ?
Pourquoi rester ainsi enfouies dans leur trou ?
Pour mieux nous confirmer que ce temps-là est fou ?
Ce maudit ogre-hiver les aurait-il croquées ?

En tous cas, c’est bien triste ! Un été sans cricris,
C’est dormir sans un lit, un repas sans dessert ;
C’est un été raté sans chaleur ni lumière ;
Et la Provence suinte un indicible ennui…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.