Anomalie

Poème inspiré par un tableau de :

Jean-Louis Honnet
www.galerie-mogador.com

Pourquoi depuis huit jours l’aube est-elle si fraîche ?
Pourquoi ce froid subit ? Nous sommes en été !
Mais l’on dirait vraiment que juillet est de mèche
Avec le mois de mars pour nous enquiquiner !

Tout le monde est furieux, y compris les touristes :
Ils sont venus chez nous pour trouver la chaleur !
Allez, mon vieux Soleil ! Remets-toi vite en piste,
On va rire de toi et gare au déshonneur !

On a si souvent dit que tu es notre maître
Et que tu régis tout, n’importe où en Provence.
Tu sais bien que les gens ne se sentent renaître
Que quand tu leur reviens, après quelques vacances

En hiver, au lointain, dans les terres australes.
On veut bien te prêter aux autres quelques mois,
Mais tu es mieux ici en terre provençale !
Reviens, mon bon Soleil, et comprends notre émoi…

Et ne crois surtout pas au bouleversement
Que chacun nous prédit : changement de climat !
Reste tel que tu es, parfois tonitruant,
Brutal et même fou ! On t’aime comme ça…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire