Angoisse

 

A l’horizon,  vers La Barben,
La nue est devenue très rouge.
Voici le vent, l’angoisse point :
Il semble qu’au loin le ciel bouge !

On est comme des chiens de chasse
Aux aguets et à renifler :
N’y aurait-il pas une trace
De fumée qui pique le nez ?

Tout est si sec depuis des mois !
Et toute l’herbe qui craquète
Porte en elle un germe d’effroi :
Un feu possible qui s’apprête

A tout dévorer goulûment.
Mais ce n’est rien, une lubie,
La peur s’efface doucement.
Nous redevenons des vigies.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.