Amédée

A la maison, l’on est moderne.
Comme on a le courage en berne
Dès qu’on évoque le ménage,
On a acheté – en vrais sages !

Un beau robot-aspirateur
Compensant notre peu d’ardeur.
On l’a appelé « Amédée »*
Comme il se doit pour tout valet.

Il a une bouille sympa ;
Rouge, rond et raplapla,
Il montre un courage indécent,
Virant, valsant et repassant

Mille et mille fois sur le sol
Pour y avaler à pleins bols
La poussière ! On ne savait pas
Que chez nous, c’était si cracra !

Il sait monter sur les tapis,
Va sous les fauteuils et les lits
Comme le fait une soubrette.
Mais j’ai failli perdre la tête

Quand un jour, criant au secours,
Il s’est mis à m’appeler pour
Le désemberlificoter
D’un fil où il s’était coincé !

Car il parle, ne vous déplaise !
Une très jolie voix d’hôtesse,
Comme une voix d’aéroport !
Quelle émotion, coquin de sort !

* Voir la  célèbre pièce de Sacha Guitry…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Amédée

  1. Bloch dit :

    Je commence à lire, et j’y reviendrai à temps libre.
    J’aime le classique et vous allez me faire rêver. Merci et bravo

Laisser un commentaire