Allégorie de l’Hiver

Si l’on voulait le peindre, il faudrait le brosser
A longs traits suraigus. Croquer sa silhouette
Avec des angles noirs. Dessiner les arêtes
De ses os épineux d’un trait ferme et glacé,

Sans aucune émotion : il n’en procure aucune !
C’est l’Hiver, ce maudit, la fatale saison
Redoutée et haïe, que nul n’a de raison
D’attendre un tant soit peu. Quelle odieuse infortune

Que le voir débouler aux premiers hurlements
De la bise honnie dès la fin de novembre !
Il conquiert le pays, l’investit et démembre
Mes fleurs encor bien drues en leurs derniers moments.

Entraînant avec lui ses sbires redoutables :
Le mistral et le gel, le brouillard et le froid,
Il soumet le Midi, suivi de son arroi
Prêt à tous les méfaits, tout aussi détestable

Que leur chef absolu. On le croirait vainqueur…
Mais il doit reculer devant son jeune frère
Dès la fin février : la saison débonnaire,
Le séduisant printemps qui vient ravir nos cœurs

Et qui, mine de rien, le force à la retraite.
Le vieil hiver chenu repart avec son clan
Tout au fond de son trou, jusqu’au prochain élan
Le propulsant chez nous pour une reconquête…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Hiver, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire