Accablement

Marseille est accablé par l’énorme chaleur
L’enfermant depuis peu sous un pesant couvercle.
On dirait qu’un brasier l’emprisonne et l’encercle,
L’encageant en enfer pour son plus grand malheur.

On étouffe partout : pas un souffle de vent !
L’on a beau tout ouvrir, pas même une bouffée !
La brise s’est éteinte, à coup sûr étouffée
Au-dessus de la mer par le grand soleil blanc

Qui assiège la ville et qui l’anéantit.
Hier on a constaté qu’il faisait plus de trente
Tard dans l’après-midi ! Une touffeur démente
Paralyse la ville. Il n’y a aucun bruit

Car tous les Marseillais, pourtant habitués,
Gisent dans leur maison, d’autant qu’on est dimanche.
Le Vieux-Port est prostré sous la lumière blanche
Qui pleut sur les bateaux qu’on dirait désertés.

Les flèches d’or fondant du ciel bleu outremer
Vont-elles calciner la ville languissante ?
La Méditerranée aux vastes eaux dormantes
N’a plus l’aspect fougueux d’une authentique mer,

Mais d’une étendue plate. Elle a l’aspect poisseux
D’un marécage huileux, inerte, dont les vagues
Auraient été figées. Le soleil extravague,
Qui explose en brasier sur l’horizon pisseux.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.